Végétarisme : stop aux idées reçues

UN VÉGÉTARIEN MANGE TOUJOURS LA MÊME CHOSE : FAUX


L’alimentation végétarienne offre un grand choix de plats et est excessivement variée. Regardez simplement les différentes catégories de fruits et légume présentes sur les étalages de votre petit maraîcher. Ajoutez-y des légumineuses (haricots, lentilles, fèves, pois, soja) , des céréales (boulgour, quinoa, millet, couscous, blé, épeautre, riz, mais…) ainsi que des épices, des graines (tournesol, courge, sésame, citrouille), les bonnes huiles (avocat, olive, noix, colza, pépin de raisin…), les guacamoles, les houmous, le fromage de tofu, le tempé, la crème au lait de coco… bref il y en a pour tous les goûts !

Nous vous proposons des recettes végétariennes ainsi que des menus pour la semaine à suivre régulièrement via le site et notre newsletter gourmande.


LE VÉGÉTARIEN À DES CARENCES : FAUX




Les céréales et les graines procurent les minéraux essentiels. Les légumes apportent des fibres et les fruits sont remplis dee vitamines. Les champignons et une courte exposition au soleil permettent de couvrir naturellement les besoins en vitamine D.


TOUT LE MONDE NE PEUT PAS DEVENIR VÉGÉTARIEN FAUX


Le végétarisme est adapté à tous et à tous les âges. Je recommande à celui qui veut apporter ce changement dans sa vie d’y aller progressivement pour ne pas traumatiser son corps. Un changement brutal provoque des frustrations immenses tandis qu’un apport diminué peu à peu en protéines animales permet au corps de se sevrer. Le corps doit en effet s’adapter et renoncer à son tour au manque de graisse  et de sels auxquels il est habitué et dont il n’a pas besoin.

Il est possible de se sentir fatigué ou moins en forme le temps que votre organisme puisse comprendre qu’il doit aller chercher ses sources de graisse et de protéines ailleurs. Cela va également de pare avec un bon régime alimentaire. On a tendance à partir un peu dans tous les sens au début, c’est pourquoi il est important de cadrer ce projet de transition.


LE VÉGÉTARIEN MANQUE D’ÉNERGIE : FAUX




Les plus grands sportifs américains sont là pour témoigner du pouvoir des protéines végétales. La joueuse de tennis Serena Williams, le sprinteur Carl Lewis, le coureur extrême Marco Olmo et même le champion du culturisme Torre Washington sont végétariens voir vegétaliens. Leur secret ? Riz et haricots noirs. Je me souviens que, lorsque j’allais faire du joging avec mon ami, qui n’était aucunement végétarien nous courions la même distance à un rythme rapproché. A l’arrivée, j’avais encore la force de faire une séance de cuisses/abdos/fessiers tandis que lui fonçait manger une barre de céréales / bananes.


J’ai pendant très longtemps pratiqué le triathlon, 6 ans pour être exact auquel se rajoutent des compétitions de duathlon, des trails et semi marathons. En devenant végétarienne, j’ai plus qu’optimiser mon temps de récupération après chaque effort, gagné en rapidité sur les épreuves, renforcé mon mental et amélioré mes performances.

S’oxygéner est aussi important que bien manger ! garantir une activité régulière permet de rester droit dans ses bottes et garder une régularité et une ligne directive dans son régime alimentaire.


LE VÉGÉTARIEN NE DOIT PAS MANGER DE GLUTEN : FAUX



Le gluten est l’association de deux protéines : la gliadine et la gluténine, qu’on retrouve dans les pâtes, le pain ou les pâtisseries. Ces deux protéines sont extraites de plusieurs céréales comme le blé ou le seigle. C’est ce gluten qui va donner à la pâte son côté élastique et visqueux.


Puisqu’il est d’origine végétal, le gluten peut tout à fait être consommé par un végétarien. Seules les personnes allergiques ou ayant des troubles digestifs doivent l’éviter ou carrément le bannir de leur alimentation (pour cela allez voir un médecin ou un naturopathe. Le soutien d’un spécialiste peut s’avérer nécessaire pour gérer ce genre de troubles.


J’insiste néanmoins sur un fait d’actualité : aujourd’hui, le sans gluten est très à la mode. Faites bien attention aux étiquettes des produits indiquant du sans gluten. L’ajout de sucre y est souvent coutume et n’est de ce fait absolument pas synonymes de “minceur”, comme beaucoup pourraient le laisser présager.


LES PLATS VÉGÉTARIENS SONT SANS SAVEUR : FAUX




Plus largement plébiscitée par les chefs aujourd’hui, la cuisine végétarienne n’avait encore pas très bonne presse il y a quelques années. Perçue comme fade, sans goût, sans saveurs par les viandards, elle n’en est pas moins subtile et raffinée. Les légumes et les fruits offrent chacun une personnalité et un goût qui lui sont propre. Au sein de chaque famille d’aliment, on retrouve des différences qui donneront au plat des notes sucrées, salées, âpres… On relève le tout par des épices (curcuma, gingembre, paprika, citronnelle, Raz et Anout, curry massala, piment…), rajoutons quelques graines et des huiles regorgeant de bienfaits pour la santé.

Bref une explosion de saveurs ! retrouvez les recettes green


Victoria de Nu green

NOUS SOMMES DISPONIBLES:

Lundi - Dimanche
10h / 23h

Gourmand & curieux ?

Retrouvez votre chef végétal avec option raw vegan sur Mulhouse et alentours

Mulhouse, 68100 FRANCE

Tel: 06.06.96.86.66
Email: infos.nugreen@gmail.com

© 2020 by Nugreen. Crée avec gourmandise

  • Instagram
  • Facebook Social Icône